Archives quotidiennes :

« Personne n’est inemployable », l’inscription des réfugiés dans le dispositif de l’Insertion par l’Activité Économique

Nous allons publier un livre en 2019, consacré à la situation des réfugiés en France aujourd’hui, et à quelques réflexions prospectives sur la question. Nous vous proposons en avant-première quelques extraits de ce livre.

Extrait n°1

Depuis 2014 et la « crise des migrants », la question de l’intégration des réfugiés est inévitable, de même que la question de leur emploi, car l’emploi est un vecteur d’intégration, particulièrement en France.

Cependant, les recherches sur l’emploi (1) des réfugiés démontrent l’existence de nombreux freins, notamment individuels, auxquels ils font face : la langue, la qualification, le logement, la santé, la mobilité, etc. (2) Plutôt que mettre l’emphase sur ces difficultés, cet article est l’occasion de s’intéresser aux voies d’insertion professionnelle des réfugiés, c’est-à-dire aux dispositifs par lesquels ils accèdent au travail malgré les barrières. Récemment, plusieurs initiatives ad hoc ont été créées pour résoudre cette problématique de l’emploi des réfugiés, mais il existe depuis longtemps déjà des dispositifs qui s’adressent aux publics en difficulté professionnelle. L’insertion par l’activité économique (IAE) est ainsi un dispositif d’État qui permet d’accompagnement de ces publics vers l’emploi par l’emploi ; et l’IAE en plus d’une activité rémunérée propose aux salariés un suivi social. Une telle présentation peut être très attrayante pour les acteurs qui accompagnent les réfugiés et qui cherchent à les insérer dans l’emploi. De ce fait, certains de ces acteurs se sont rapprochés de l’IAE, à l’instar de France Terre d’Asile qui privilégie ce dispositif pour l’orientation professionnelle des réfugiés qu’elle accompagne. Se pose néanmoins la question de savoir si l’IAE est véritablement adaptée pour les réfugiés et pour résoudre les freins sus-évoqués. Cet article tente alors de répondre à cette question en évoquant les principaux freins à l’emploi que rencontrent les réfugiés et leur prise en charge par l’IAE. Ainsi de la langue qui est le principal frein que rencontrent les réfugiés pour trouver un travail. On pourrait croire que les structures de l’IAE (SIAE), comme toutes les entreprises, font de la maîtrise du français une condition sine qua non pour l’embauche des salariés, car la langue est essentielle pour comprendre le travail, les consignes, pour permettre la communication tout simplement.
Cependant, les réfugiés ne forment pas le seul public de l’IAE qui éprouve un problème de langue, cela concerne même de nombreux salariés en insertion. Les SIAE peuvent alors proposer des formations linguistiques. Les réfugiés possèdent peu ou prou les mêmes difficultés que les autres salariés en insertion, liées notamment au manque d’expérience et de qualification professionnelle.

En IAE ils suivent alors des formations, un entraînement à l’emploi qui vise à pallier en partie ce manque. Sur les autres freins, les réfugiés bénéficient d’un accompagnement social plus traditionnel, et sont abordées les problématiques du logement, de la santé, etc. Et l’IAE s’adapte aussi à ces freins : il existe normalement une condition de domiciliation pour privilégier l’emploi local, mais cette condition est levée dans certaines régions pour les personnes réfugiées notamment. Si l’IAE semble être une solution adaptée pour favoriser l’emploi des réfugiés et lever les freins qu’ils rencontrent, elle n’est cependant pas une solution parfaite. L’IAE est surtout concentrée sur les secteurs d’activité qui sont déjà les plus accessibles pour les personnes réfugiées : BTP, restauration, espaces verts, emplois de maison. Au lieu d’être un tremplin vers l’emploi, l’IAE comporte le risque de n’être seulement qu’un couloir vers les métiers difficiles, précaires, faiblement reconnus. De ce fait, la question de l’emploi des réfugiés en IAE pose d’abord la question de l’IAE tout court, de son modèle et de ses évolutions.
En définitive, cet article didactique vise à présenter le dispositif de l’IAE et les principaux enjeux de ce secteur, car l’IAE et son fonctionnement restent assez mal connue, notamment des acteurs associatifs et des travailleurs sociaux, qui sont pourtant directement en charge de l’accompagnement des réfugiés et parfois de leur accompagnement professionnel. Il s’agit donc de fournir une connaissance pour agir, pour permettre potentiellement aux accompagnants d’orienter les réfugiés vers les SIAE. Face aux freins professionnels que rencontrent les réfugiés, l’IAE semble être une solution qu’il faut dès lors maîtriser. C’est d’autant plus important que l’IAE est un secteur amené à se développer, comme l’actualité le montre avec la présentation du plan antipauvreté dont l’une des mesures prévoit une hausse du nombre d’emplois en IAE ; des emplois pour les réfugiés.

Louis Fontanier

(1) Lab’ho, Leh, A-C. (2018). Accueillir les réfugiés…autrement? L’insertion professionnelle au coeur de l’intégration

(2) Bertelsmann Stiftung. (2016). From refugees to workers. Mapping labour-market integration support measures for
asylum seekers and refugees in EU member states (Volume II: Literature Review and Country Case Studies).