TERRITOIRES DE L’OUBLI : se raconter pour se rencontrer

crédits photographies: Sara Harakat

Une résidence artistique menée à Saint-Chély-d’Apcher auprès des familles Yézidies accueillies par le Pôle accueil des réfugiés.

Cette résidence s’inscrit dans le cadre du festival Transat, lancé par le ministère de la Culture et les Ateliers Médicis. Le concept de ce festival est de proposer à des structures culturelles, situées dans des zones rurales ou dans des quartiers prioritaires, d’accueillir un artiste en résidence pour développer un travail de création et de transmission auprès d’un public particulièrement éloigné du monde artistique et culturel.

Ce projet s’inscrit également dans le programme Muses du Pôle accueil des réfugiés. Il a pour objectif principal d’intégrer et d’insérer les personnes en situation de migration par la culture afin qu’ils puissent exercer leur pleine citoyenneté. Les projets Muses sont conçus en portant une attention particulière à une meilleure acquisition de la langue française, à faire évoluer le regard sur les migrations, à favoriser la mixité de genres, à l’inclusion des publics, ainsi qu’à un partage des cultures dans un objectif d’intercompréhension.

C’est avec beaucoup de nostalgie que je rédige ce texte.

Après un mois très dense et riche en émotions passé auprès de sept mamans Yézidies et leurs enfants accompagnés par Habitat & Humanisme à Saint-Chély-d’Apcher (Lozère 48), me voilà de retour à Beyrouth auprès de ma famille avec le cœur serré.  Cette résidence a profondément changé ma perception des choses et m’a énormément enrichi autant artistiquement qu’humainement. Celle-ci a été une opportunité précieuse de prendre le temps de me redécouvrir et de faire naître une réelle production et réflexion collective riche et profonde. 

Si ce projet a pu avoir lieu c’est avant tout grâce à Maëva Chaplain, responsable culturelle du pôle Accueil des Réfugiés d’Habitat & Humanisme qui a été très enthousiaste dès le départ par rapport à cette initiative. Après notre premier échange téléphonique, elle fixe un autre moment d’échange avec le psychologue Abdul Rahman Rasho, spécialisé en traumatologie et qui suit les familles Yézidies depuis leur arrivée en France.  Par la suite j’ai un échange avec Alain Poux responsable d’Habitat & Humanisme en Lozère qui a facilité mon arrivée au centre d’accueil et immédiatement accordé sa confiance ainsi que les autres membres de l’équipe, Delphine et Laly.

« Territoires de l’oubli » a été conçu comme une narration fragmentée qui explore les notions de mémoire, de frontière et d’exil: à travers le récit de femmes réfugiées Yézidies et leurs enfants venus d’Irak. Essayer de retracer à travers des corpus de poésie, films, photographies, cartographie, mélodies, une possible écriture d’histoires à partir de ce qui n’est pas, ce qui a disparu ou ce qui est oublié, et rendu invisible. Il s’agit d’archiver des fragments de mémoire, d’un territoire imaginaire et construire ensemble une géographie affective. Les lieux de mémoires de l’immigration seraient par essence ceux où se remarque une absence de traces, des lieux où les marques ont été détruites, rasées, effacées pour reconstruire. Le récit est le moyen de ne pas oublier, de se ressouvenir, de se raconter et réinventer l’histoire d’un passé qui n’est plus, dans un présent que l’on a parfois bien du mal à saisir. Cependant, la mémoire ne restitue bien souvent qu’une vision fragmentée du passé, car transformée et recréée par l’éloignement géographique et temporel. Les témoignages des femmes et leurs enfants seront essentiellement archivés sous forme de « kilamê ser », un registre de chant narrative poétique que les Yézidis et les Kurdes utilisent pour exprimer leur peine. Le seul terme de « kilamê ser » (parole sur) évoque, pour les Yézidis, la perte, l’absence, l’exil, le sacrifice et le tragique. Associées au chagrin, ces formules ont un rôle de déclencheur des émotions. Elles évoquent tout un champ de souvenirs et d’images.

Avant de rencontrer les mamans et d’entamer cette résidence, je connaissais très peu de choses à propos de la communauté Yézidie, qui m’a toujours beaucoup intriguée. C’est une minorité très peu connue et qui a été longtemps persécutée à cause de sa religion. Cela m’a poussée à faire des recherches, à m’intéresser à cette culture, et à la religion Yézidie en particulier. J’ai eu cette curiosité car j’ai ça dans mon ADN : j’ai vécu dans différents endroits, habitée par cette quête de comprendre comment les territoires que nous habitons peuvent construire notre identité ; et comment les personnes qui sont nomades arrivent à se reconstruire.

J’ai toujours eu une attirance pour les minorités, les réfugiés, les peuples nomades. J’ai grandi entre le Maroc, le Liban, le Sénégal… j’ai vécu un peu en Turquie, aux Etats-Unis… j’ai toujours été comme ça, un peu vagabonde… Je n’ai donc jamais ressenti que j’étais enracinée dans un seul endroit et je mène cette quête éternelle : trouver où je vais me sentir vraiment chez moi un jour.

Ce qui m’intéresse, c’est davantage d’observer comment les gens habitent les villes, de comprendre l’autre.

Dans ma démarche, il y a toujours eu conjointement la présence de l’anthropologie et du cinéma. Je me suis retrouvée à faire beaucoup de bénévolat dans des camps de réfugiés et dans des zones assez difficiles, au Liban, en Turquie, à la frontière syrienne… C’est là que je me sentais vraiment en adéquation avec moi-même et que j’ai compris qu’il me fallait continuer.

Je cherche à comprendre comment les personnes se reconstruisent en ayant quitté leur territoire et en allant sur un nouveau territoire. Je fais une sorte de métaphore, un parallèle avec notre identité qui est toujours en chantier, en construction. Moi-même, avec une mère libanaise aux origines espagnoles et un père marocain, j’ai conscience que plus on voyage, plus on se nourrit de l’autre, des autres cultures et que cela nous permet d’avancer.

Travailler avec ces femmes Yézidies qui viennent d’un pays complètement différent d’ici, rejoint ce qui est important pour moi : savoir d’où l’on vient pour se construire à nouveau, reconstruire son identité. C’est ce que j’ai voulu travailler avec elles : les notions d’identité, de mémoire, de vécu, et pouvoir exprimer qui elles étaient et ce qu’elles veulent devenir aujourd’hui sur ce nouveau lieu. Nous avons travaillé sur la représentation de leur village, leur lieu d’origine, ainsi que le trajet qu’elles avaient fait avant d’arriver en France. Il y a eu différents ateliers en partant du dessin, du collage, du chant, de la photographie… Nous avons travaillé sur leur photo d’identité ; elles ont également photographié leur nouveau lieu de vie.  Au cours des différents ateliers nous avons essayé de poser poétiquement un regard sur des notions qui constituent le socle de ma démarche : pays, frontières, exil, langue, souvenir, mémoire, territoire …  

Quand je suis arrivée en Lozère, j’étais moi-même dans un état de fragilité parce que l’explosion venait d’avoir lieu au Liban et une partie de ma famille avait été touchée. Ma famille me manquait. Du coup, un peu en miettes, je rencontre ces mamans qui ont vécu des choses terribles qui ont réussi à se relever, à se reconstruire… Et ce sont elles qui prenaient des nouvelles, me demandaient comment allait ma famille…

Nous avons été rapidement en confiance. C’était d’autant plus important que j’ai beaucoup travaillé avec des réfugiés et je sais qu’il ne faut pas s’introduire de manière intrusive. Il faut y aller doucement. Pour moi c’est important de tisser du lien, d’avoir une vraie relation humaine parce que c’est ce qui reste ; c’est ce qu’on garde dans la vie.

À la fin de la résidence, je pensais qu’il était indispensable de créer un moment d’échange et de rencontres avec les habitants de Saint-Chély-d’Apcher, afin qu’ils rencontrent de plus près les familles Yézidies qui s’étaient installées sur leur territoire depuis quelques temps. Je suis en effet convaincue que l’art est un vecteur important pour découvrir et faire se rencontrer des cultures différentes. Elle permet l’acceptation de l’autre, de l’étranger. Elle casse la peur de ce qu’on ne connait pas et ce qu’on ignore. Le but de cette exposition était donc de se présenter mais aussi de tisser des relations avec les lozériens.

Grâce à Jeannine, Gaby, Marguerite, Alain, Delphine, et Laly, des rencontres magiques que j’ai faites sur le territoire, je trouve l’aide nécessaire pour monter l’exposition au niveau de la chapelle Notre Dame de Lourdes. Lors de la préparation de l’exposition nous avons découvert « la crypte » : une petite salle en sous-sol de la chapelle, agrémentée d’une reconstitution de la grotte de Lourdes. Cette découverte était importante car je me suis aperçue en travaillant avec ces femmes, qu’elles n’avaient pas vraiment eu l’occasion de faire le deuil de leurs époux et de leur vie passée. J’ai voulu leur rendre une sorte d’hommage en leur permettant de vivre cela ; et qu’elles puissent avancer et construire leur vie sur ce nouveau territoire. Enfin, il leur est indispensable d’avoir un endroit où se recueillir et où elles puissent faire leurs prières.

L’exposition, conçue comme un chemin en écho aux trajectoires traversées par ces femmes et leurs enfants, est un mélange de dessins, de photographies, de cartographies, de chants Yézidis enregistrés. Des liens fraternels et amicaux se sont tissés et donnent l’espoir de davantage d’échanges pour ces familles assez isolées au quotidien.

En ce temps très étrange et sans précédent dans l’histoire de l’humanité, la notion d’espace n’a jamais été autant brisée, courbée, déconnectée et disloquée. Si le confinement a bouleversé la notion même de “territoire “, il nous a offert, en même temps, une opportunité inédite d’interroger l’espace et sans doute aussi de nous interroger et de nous réinventer comme usager de l’espace.

Raison pour laquelle j’envisage de revenir en Lozère très bientôt, et peut être même de m’y installer au printemps, afin de continuer mon projet de recherche sur la religion et la spiritualité Yézidie. Sans doute aussi un besoin de me rapprocher de paysages vastes et d’explorer ce territoire qui m’a tellement inspiré.

Sara Harakat

 

 

 

 

Célébrons le courage et l’engagement des filles et femmes réfugiées !

En cette journée internationale des droits des femmes, et tous les autres jours, célébrons le courage et l’engagement des filles et femmes réfugiées !

Sous l’impulsion du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations Unies et de sa porte-parole en France, Céline Schmitt, une tribune dans le journal Ouest-France salue aujourd’hui l’engagement des filles et femmes réfugiées face à la pandémie de Covid-19 et énoncent des propositions pour leur construire un meilleur avenir. Maud Vandoolaeghe, adjointe du directeur du Pôle Accueil des Réfugiés d’Habitat et Humanisme, en est signataire.

Vous pouvez retrouver la tribune sur le site du journal ou dans l’édition imprimée du 9 mars 2021 : https://www.ouest-france.fr/societe/droits/droits-des-femmes/point-de-vue-celebrons-le-courage-et-l-engagement-des-filles-et-femmes-refugiees-face-a-la-pandemie-7178777

Cinq solutions sont proposées :

  • « Reconnaître le rôle clé des femmes dans la réponse à apporter à la crise, en amplifiant leurs voix et en favorisant leur représentation dans tous les domaines, y compris de la science et de la politique, à tous les niveaux.
  • Permettre aux jeunes filles de poursuivre leur scolarité […].
  • Maintenir et développer des espaces d’accueil et de solidarité où les femmes peuvent échapper aux violences, obtenir un soutien post-traumatique et acquérir de nouvelles compétences.
  • Introduire des programmes de soutien économique pour les femmes vulnérables et leurs familles, fournir des aides spécifiques aux entreprises détenues et dirigées par des femmes et mettre en œuvre des systèmes de protection sociale sensibles au genre pour soutenir la sécurité du revenu des femmes.
  • Engager la société tout entière dans la construction des solutions : les autorités nationales et locales, la société civile, le secteur privé et surtout les personnes déracinées elles-mêmes. »

La mobilité géographique, une voie pérenne d’accès au logement pour les réfugiés franciliens ?

Ce billet a pour objet d’introduire les premières interrogations et les préoccupations opérationnelles que pose un dispositif expérimental de mobilité géographique pour réfugié en matière de coordination associative et d’accès au logement. Ces pistes de réflexion s’élaborent à l’amorce d’une thèse[1] portant sur les parcours résidentiels et les expériences habitantes de personnes réfugiées installées sur un territoire de ville petite ou moyenne dans le cadre d’un dispositif d’accès au logement.

Le cadre général d’accueil accordé aux bénéficiaires de la protection internationale en France ne leur fournit pas des conditions résidentielles satisfaisantes : difficultés d’accès au logement et incapacité des dispositifs d’hébergement à accueillir dignement l’ensemble des réfugiés. En parallèle, une tension sociogéographique se manifeste concernant le logement de ce public : souvent installés dans les grandes métropoles, leur localisation coïncide avec des périmètres du parc du logement de zones tendues, à quoi s’ajoutent les difficultés structurelles d’accès à un logement (manque de garanties financières, discriminations, etc.). Cela conduit les réfugiés à devoir investir, entre autres solutions précaires, des structures d’hébergement collectif, limitant leurs possibilités d’insertion sociale et la potentialité d’un ancrage géographique.

Dès lors, initiatives publiques et associatives tentent de trouver des réponses territoriales aux difficultés que rencontrent les réfugiés récemment entrés dans le droit commun, notamment dans les grandes métropoles. Dans le cadre du dispositif Thrasos, le Pôle accueil des réfugiés d’Habitat et Humanisme (HH) y prend sa part en favorisant l’accès au logement et à l’autonomie des réfugiés franciliens par la mobilité géographique en direction de villes moyennes réparties sur le territoire national. En janvier 2020, huit personnes sont parties s’installer dans une ville moyenne (préfecture de 70 000 habitants environ) pour y débuter une formation en alternance de 1 an à un métier du bâtiment, partageant trois logements en colocation mis à disposition par une association locale[2]. Thrasos fait partie des programmes de l’association suivis dans le cadre de ma thèse. Dans ce blog, en lien avec ma recherche, j’aborderai le cadre partenarial et le contexte local d’accueil dans lequel ces personnes prennent place dans les villes d’arrivée. Ce cheminement visera à explorer progressivement les ancrages résidentiels et sociaux que ces programmes d’insertion et d’autonomisation induisent. Ce type de dispositif n’est pas sans poser de questions opérationnelles, premièrement lors de sa mise en place mais aussi ensuite, dans son déroulement sur place.

Le projet Thrasos a pour ambition de répondre à des besoins croisés : donner accès à un logement et un métier – qui suppose de trouver des territoires où le marché du logement est abordable et où des secteurs d’emploi sont en tension – tout en veillant à ce que la vie locale reste attractive et propice à l’insertion (vie sociale, mobilité, consommation, accès aux services administratifs ou de santé, par exemple). Parallèlement, il s’agit de trouver les partenaires locaux sur les domaines de la formation/emploi et du logement en mesure de déployer leurs ressources et réseaux au profit de nouveaux arrivants sur le territoire. Tout l’enjeu est alors de mettre en relation des réfugiés franciliens motivés pour partir s’installer en province et débuter un apprentissage, avec des employeurs et formateurs disposés à les intégrer dans leurs structures ; capter dans ce même temps les logements compatibles avec le lieu de travail et les contraintes de mobilité des personnes. Notons que ce dispositif est coordonné par le pôle Accueil des réfugiés du mouvement HH depuis Paris tout au long du programme. Localement, ce sont des associations locales, structures indépendantes de l’équipe parisienne, qui sont les relais privilégiés pour accéder à des logements et proposer un accompagnement social, sans pour autant être des acteurs familiers du public réfugié. Un premier bilan réalisé sur cette première ville auprès des partenaires locaux six mois après l’installation des personnes fournit des premières pistes de réflexion quant au travail partenarial encadrant cette mobilité. Nous en présentons ici quelques-unes concernant les opportunités et les difficultés qui peuvent se manifester quant à l’accompagnement vers le logement de ce public.

Malgré la tension pesant sur le marché du logement local, l’association y répond favorablement, son président étant sensible à la problématique des réfugiés et certains bénévoles ayant manifesté une volonté de s’impliquer sur ces missions spécifiques. L’association compte une centaine de bénévoles répartis sur deux départements, impliqués sur des activités d’accès à l’habitat favorables à la mixité sociale à travers la mobilisation de logements d’insertion (résidences sociales, maisons intergénérationnelles, pensions de familles ou du logement en diffus). La quinzaine de bénévoles rencontrés et impliqués sur le projet sont en grande majorité retraités. Ils consacrent du temps à des activités variables de gestion locative, d’accompagnement social (vie dans le logement, démarches, intégration locale) ou de cours de français. A l’unanimité, les missions que suppose l’accueil de ces personnes sont décrites comme très chronophages et produisent un réel bouleversement dans l’organisation du collectif. En plus de la lourdeur des procédures de transfert administratif, les accompagnants se sont particulièrement impliqués dès l’arrivée des personnes pour aménager leurs logements et les accompagner dans l’apprentissage de la vie quotidienne au sein de cette nouvelle ville (consommation, mobilité, loisirs, dépenses), dépassant le niveau habituel d’accompagnement de l’association et celui que le programme avait envisagé. Cet investissement personnel et collectif peut s’expliquer par la relation particulière d’hospitalité et la démarche d’intégration que les accompagnants souhaitent accorder à un public réfugié.

Néanmoins, un clivage se dessine au sein de l’association. Au chamboulement que supposent ces missions dans l’organisation s’ajoutent des interrogations quant à la légitimité d’intégrer de nouvelles activités et bénéficiaires dans une structure qui peine à répondre à la demande, sans compter la dimension éthique et politique qui teinte souvent la question de l’accueil des réfugiés, même dans les milieux associatifs. Le président évoque certaines de ces positions dans les rangs de la structure :

« Au fond, est-il bien normal qu’on accorde au sein de l’asso autant de ressources, autant d’efforts pour ces étrangers alors que là j’ai des gens tous les jours à qui on a du mal à apporter des réponses ? On a toujours ce discours un peu ambivalent de l’acceptation des migrants… ça fait ressortir le fait que « eux ils ont droit à des efforts qu’on ne donne pas à des gens qui sont… » […] et on ne me l’a jamais dit ouvertement mais j’ai bien senti que certains se disaient « bon ça va quoi… Pourquoi est-ce qu’on donne autant de temps, autant d’énergie à ces huit garçons alors qu’on reçoit 120 dossiers à traiter par an et qu’on galère comme des malades […]. Ils [les bénévoles sceptiques] voient bien toutes les réunions qu’on fait sur les [réfugiés accompagnés], qu’il n’y a pas une réunion où l’on ne fait pas un point là-dessus… […] A un moment donné quand on te dit j’ai pas le temps, je m’occupe de ça, ben les autres… ».

Pour autant, la réception de ce type de projet peut dans le même temps s’entendre sous un angle pragmatique. Une piste d’analyse de ce programme semble pouvoir s’attacher aux aspects facilitants de l’accès au logement pour ce type de public.  Si nous pouvons d’ores et déjà relever le caractère prioritaire de leur demande de logement social, nous évaluerons plus précisément comment se mobilisent les propriétaires solidaires (dispositifs d’intermédiation locative) et les autres acteurs du logement (bailleurs sociaux, Direction Départementales de la Cohésion Sociale, etc.) en faveur de ces bénéficiaires particuliers. Les remarques du président nous incitent effectivement à développer ce champ de réflexion :

« Mais c’est comme pour les logements, on se bat pendant des mois pour avoir des logements auprès des propriétaires solidaires et on a quand même fait le miracle de trouver trois locations solidaires en deux mois et en fait c’est l’argument migrant qui a fonctionné… là ils ont eu le sentiment de faire une bonne action entre guillemets et donc on a obtenu des logements qu’on aurait pas eus si on était venus et qu’on leur avait dit il faut loger des gens en difficulté. […] Habituellement on galère pour trouver un logement solidaire et là on en trouve trois en deux mois, alors bon. […] Y’en a un [propriétaire] je me vois encore discuter avec lui, on était les dixièmes… Parce qu’ici […], si vous n’êtes pas le premier dans la file d’attente c’est terminé, le premier qui rentre il [le] prend, tellement qu’il y a de besoins. Le propriétaire avait un enfant handicapé et savait ce qu’étaient les difficultés. Moi j’ai surfé là-dessus dans l’argumentaire en disant « Nous on s’occupe des personnes handicapées, mais pas seulement, nininin… Et puis j’ai glissé les migrants à un moment donné, « Ah oui, vous vous occupez des migrants ? Ah c’est compliqué les migrants aussi pour eux », il avait dû voir des images la veille de migrants en Méditerranée ou je ne sais pas où et il nous a dit oui. […]

–  Et ça, ça a posé problème auprès des autres bénévoles, que vous captiez trois logements pour les migrants ?

– Non là moi je leur ai dit : « écoutez, les trois, le jour où les migrants seront partis, on récupérera les trois logements dans notre parc et on sera bien contents de les avoir. De toutes façons, on les aurait pas eus. Sans cet argument on ne les aurait pas eus donc là on a rien enlevé à personne. On s’est simplement donnés pour l’avenir des ressources supplémentaires. Donc ça, ça n’a pas posé de problème. »

Le constat fait par le président sur les effets de cette nouvelle activité sur son association souligne déjà la balance entre d’une part une organisation interne et un cœur de métier ébranlés et d’autre part des opportunités pour amorcer de nouvelles dynamiques de développement pour la structure. Les perspectives de sortie positive vers un logement en autonomie restent néanmoins très incertaines au vu de la tension du marché. Ce qui n’est pas sans interroger la pertinence de mener un tel projet sur ce type de ville. L’observation du déroulement des prochains mois, qui vont voir se terminer les contrats d’apprentissage et, a priori, l’accompagnement de l’association, sera l’occasion de mesurer les différents enjeux croisés concernant les atouts et les limites de ce territoire dans la pérennisation des ancrages résidentiels et professionnels. Ce sera alors l’occasion d’un nouveau bilan et d’un second billet venant alimenter ces réflexions…

 

[1] Il s’agit d’une thèse d’urbanisme à l’Université Paris-Est Créteil se déroulant en parallèle d’une activité opérationnelle au sein du pôle Accueil des réfugiés du mouvement Habitat et Humanisme.

[2] Par soucis d’anonymisation de nos interlocuteurs, nous n’identifions pas davantage les structures partenaires.

Pourquoi des migrants se suicident lorsqu’ils ont enfin réussi à échapper à la mort ?

A quoi bon aller sur la lune, si c’est pour s’y suicider?

André Malraux

Le 20 juillet 2019, un collectif parisien de soutien aux migrants a commémoré la mort d’un réfugié, une mort particulière puisqu’il s’agit d’un suicide. L’homme s’est en effet pendu, il y a une semaine, dans le square Charles-Hermitte, entre les portes de la Chapelle et d’Aubervilliers à Paris[1]. Toute mort est une tragédie. Mais la mort par suicide d’une personne qui a tout abandonné, tout risqué pour atteindre l’Europe et qui, une fois atteint son objectif d’une terre de sauvegarde, décide de mourir pose des questions singulières. Peut-être y a-t-il des conditions particulières à ce cas, soit psychologiques, soit politiques, sans doute les deux. Mais les éléments conjoncturels ne doivent pas nous détourner de la question structurelle : Pourquoi des migrants se suicident-ils alors qu’ils ont réussi à fuir les menaces qui pesaient sur eux ?

Continuer la lecture de Pourquoi des migrants se suicident lorsqu’ils ont enfin réussi à échapper à la mort ?

Concours No(s) Cliché(s) : cérémonie de remise des prix

La cérémonie de remise des prix du concours « No(s) Cliché(s) : les réfugiés, une chance pour la France » s’est déroulée le mercredi 29 mai 2019 au Collège de France à Paris.

Le concours (nos-cliches-refugies.fr) a été proposé aux étudiants en arts graphiques et en communication pour sensibiliser les Français aux idées reçues sur les personnes réfugiées et changer les regards.

Le concours était organisé par le Pôle Accueil des Réfugiés d’EHD/Habitat et Humanisme (sous l’étiquette Acteurs d’Humanité), en partenariat avec la Délégation interministérielle pour l’accueil et l’intégration des réfugiés (Diair), la Délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement (Dihal) et l’Institut Convergences Migrations.

Près de 130 œuvres, affiches et vidéos, ont été créées par des groupes d’étudiants (110 participants d’une douzaine d’écoles). Huit œuvres, dans deux catégories (films et affiches), ont été primées par le jury.

L’événement du 29 mai a rassemblé une centaine de personnes dans un des amphithéâtres du Collège de France pour la remise des prix. Un buffet a ensuite rassemblé étudiants, familles et acteurs de l’asile pour un moment convivial, en parallèle de l’exposition des œuvres lauréates et sélectionnées par le jury.

 

Lionel Pourtau, directeur général du Pôle Accueil des Réfugiés, lors de la cérémonie de remise des prix :

« La lutte contre les discriminations subies par les réfugiés, qui est une forme particulière de la lutte contre le racisme, n’est pas consensuelle. Et sans être forcément contre les réfugiés, nombreux sont ceux qui préfèrent ne pas avancer sur ce territoire, rester en dehors du débat.

A tous les participants qui ont franchi ce pas, qui ont mis de côté ce risque, qu’ils en soient remerciés ! 

Les compétiteurs auront fait leur part pour proposer des outils de réflexion légers et efficaces, des invitations à réfléchir une seconde de plus avant de se laisser aller à une réaction émotionnelle négative.

Il n’y a pas de solution unique et à elle seule suffisante : nous devons multiplier et articuler les stratégies d’intervention pour faire que notre devoir, que notre action, juste, légitime, indispensable soit la plus efficace et la plus légère possible. »

 

Pour plus d’informations : refugies.ehd@habitat-humanisme.org

 

LAUREATS

Catégorie films

1e prix : Léa Taing, (École Estienne, Paris), pour le film « Une chance, des vies »

2e prix : Maxime Viale, Alexandro Saintlo (lycée René Goscinny, Nice), pour le film « Les réfugiés, une chance pour la France »

3e prix : Rose Carron, Mattéo Cavarra, Rabyatou Gaye (Ensaam, Paris), pour le film « Une histoire, une famille, une chance »

Mention spéciale du jury : Maïa Cochet, Fiorella Mennesson, Zoé Fraisse (Ensaama, Paris) pour le film : « Voyage musical »

 

Catégorie Affiches

1e prix : Margot Bouquet, Marie Sorgius, Léna Derick, Clarisse Barde (École Estienne, Paris), pour l’affiche « D’hier à aujourd’hui »

2e prix : Lauriane Ballandras, Blandine Chevestrier, Amandine Poirot, Caroline Pradet (École Estienne, Paris), pour l’affiche « Faux défauts »

3e prix : Julie Barbier, Claire Bouzigues, Pierre-Marie Hascoët, Éloïse Martin-Touchet (École Estienne, Paris), pour l’affiche « Plus qu’une étiquette »

Mention spéciale du jury : Armand Croisonnier, Augustin Goupy, Ferdinand Del Fabbro (Ensaama, Paris), pour l’affiche « Les français ».

 

JURY

  • Dan-Antoine Blanc-Shapira, directeur général et fondateur de l’agence événementielle Sensation!
  • Marc-André Dionne, directeur client de l’agence de conseil en communication Hula-Hoop
  • Frank Ganter, directeur artistique indépendant, ancien associé de l’agence de conseil en communication Anaka
  • Bernard Devert, représenté par Maud Vandoolaeghe, adjointe du directeur général du Pôle Accueil des Réfugiés
  • Alain Régnier, délégué interministériel à l’accueil et à l’intégration des réfugiés (Diair), représenté par Guillaume Nungesser, chargé de communication de la Diair
  • Sylvain Mathieu, délégué interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal), représenté par Jordan Chevreau, chargé de communication de la Dihal
  • Patrick Simon, socio-démographe, directeur de recherche à l’Ined et directeur du département INTEGER à l’Institut Convergences Migrations

Des groupes anti-migrants à Calais

Nous allons publier un livre en 2019, consacré à la situation des réfugiés en France aujourd’hui, et à quelques réflexions prospectives sur la question. Nous vous proposons en avant-première quelques extraits de ce livre.

Extrait n°2

En novembre 2013, la Maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains) met en ligne sur Facebook un appel qui demande aux Calaisiens de repérer et signaler aux autorités tout squat occupé par des migrants [1]. Cette publication crée une polémique nationale, car perçue par beaucoup comme un appel à la délation.

Très rapidement, un collectif de citoyens se lance, prétendant répondre à l’appel de Natacha Bouchart. Ses militants affirment s’attaquer au « problème » des squats. Il se nomme Sauvons Calais, et ses actions vont dès le départ mêler manifestations et rassemblements classiques à des actions plus dures relevant du pur vigilantisme.

Trois revendications sont portées : la constitution de groupes citoyens d’intervention contre les migrants sur le modèle des Voisins Vigilants, l’interdiction des associations « promigrants » tels que les ONG et les No Borders [2], et enfin l’enfermement de tous les migrants présents à Calais dans un camp [3].

Dirigé par Kévin Rêche, jeune chômeur qui a 20 ans au moment de la création du collectif, ses membres se présentent comme apolitiques, mais le groupe est en réalité lié au Parti de La France [4]. Assez rapidement, au début de l’année 2014, la presse révèle que Kevin Rêche a une croix gammée tatouée sur le torse, ce qui porte un coup à l’image « apolitique » du groupe [5].

Au cours de ses trois années d’existence, voici les actions les plus notables du collectif :

  • La mobilisation contre le squat de Coulogne en février 2014 : Sauvons Calais organise des manifestations quotidiennes pour empêcher l’implantation d’un squat pouvant potentiellement accueillir des migrants dans cette ville située en périphérie de Calais. Les manifestations, avec l’appui des riverains, tournent au siège et la maison est longuement caillassée, puis incendiée après que ses occupants l’aient abandonnée, sans qu’il n’y ait par ailleurs d’intervention policière[6].
  • Une manifestation le 7 septembre 2014, réunit plusieurs centaines de militants d’extrême droite venus de toute la France. Des affrontements avec des antifascistes et les saluts nazis de manifestants sont médiatisés, dégradant un peu plus l’image du collectif [7].
  • Le 6 février 2016, malgré une interdiction préfectorale, le collectif organise une manifestation Pegida [8]. Celle-ci vire aussi à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Le général parachutiste à la retraite Christian Piquemal y est interpellé.

Par ailleurs,  les activistes essayent d’appeler à d’autres manifestations, régulièrement interdites par la préfecture. Ses militants mènent parfois des rondes dans Calais. Le groupe se caractérise aussi par une activité en ligne très soutenue, notamment sur le réseau Facebook avec de nombreuses publications ciblant les migrants et appelant les Calaisiens à l’action.

À partir de l’automne 2015, la dynamique de Sauvons Calais est en baisse, et un nouveau collectif de « citoyens apolitiques » émerge, celui des Calaisiens en Colère. Cette association au profil plus lisse est constituée de « riverains » de la jungle et se prétend lui aussi apolitique. Elle est en réalité proche d’autres courants d’extrême droite. Ses porte-parole informels Samuel Delcloy et Sarah Guerlach entretiennent des liens avec le Front National.

Ses actions vont encore plus s’appuyer sur l’utilisation des réseaux sociaux que Sauvons Calais. Ceux-ci vont servir de caisse de résonnance au vigilantisme du collectif qui organise des patrouilles régulières autour de la jungle Jules Ferry afin de surveiller les activités des migrants — qui sont ensuite mises en ligne sur Facebook. Les Calaisiens organisent aussi des manifestations dont les participants sont plutôt nombreux — jusqu’à 800 manifestants en octobre 2015[9].

Le groupe organise par ailleurs des « rondes de sécurisation » de la jungle de début décembre 2015 à mi-janvier 2016 qui sont intitulées « rassemblements de soutien aux riverains ». Celles-ci sont ponctuées de combats avec les migrants, en se tenant aux côtés des CRS. Ces affrontements sont filmés et diffusés sur les réseaux sociaux. Une ronde – ou un militant affirme «sortir son gun », puis au cours de laquelle on entend des tirs – suscite un scandale médiatique et l’arrêt des rassemblements [10]. Par la suite, un des membres du groupe est arrêté alors qu’il participe à des agressions de migrants en février 2016. Les Calaisiens en Colère déclinent toute responsabilité [11]. Ce groupe atteint une audience sur Internet encore plus massive que celle de Sauvons Calais, notamment grâce à son art consommé de mettre en scène la vigilance.

Les deux collectifs vont tenter de se distancier de toute forme de violence politique, sans toutefois y parvenir : les « rassemblements de sécurisation » de décembre 2015 et janvier 2016 et le siège du squat de Coulogne en février 2014 donnent lieu à des violences dont les organisateurs ont du mal à se dissocier.

Par ailleurs, les agressions de militants d’extrême gauche et de migrants se multiplient, entre 2014 et 2016, mais il est difficile faute de preuves d’établir un lien formel entre les collectifs anti-migrants et ces agressions. S., personne de l’association de la Cabane juridique, avec qui nous nous entretenons, a ainsi pu recueillir quatre-vingts récits d’agressions. Elle estime leur nombre total à plusieurs centaines (les locaux de la Cabane juridique sont la cible d’un incendie criminel au début de l’année 2016) [12].

Matthijs Gardenier
Docteur en Sociologie
ATER au Département de Sociologie
Université Paul-Valéry Montpellier

[1] “Migrants : Un Message de Natacha Bouchart Crée Le Buzz Sur Facebook -.” [ En ligne :http://www.nordlittoral.fr/fait-divers-justice/migrants-un-message-de-natacha-bouchart-cree-le-buzz-sur-ia6b0n26840.] Consulté le 30 septembre 2017.

[2] Les No border, militants proches du courant anarchiste, constituent particulièrement les cibles de Sauvons Calais.

[3] Nous avons l’occasion d’entendre l’ensemble des revendications du collectif lors de la conférence de presse de Sauvons Calais le 5 juin 2015. Yvan Benedetti se charge d’en faire l’inventaire.

[4] Scission droitière du Front National. Pour plus de détails se référer à Nicolas Lebourg.

[5] “FN : Marine Le Pen En Photo Avec Kévin Reche, Le Porte Parole de ‘Sauvons Calais’ Au Tatouage Nazi – France 3 Hauts-de-France.” [ En ligne : http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/2014/03/11/fn-marine-le-pen-en-photo-avec-kevin-reche-le-porte-parole-de-sauvons-calais-au-tatouage-nazi-430961.html.] Consulté le 24 aout 2017.

[6] « Squat de Coulogne, jeunesse identitaire : Sauvons Calais dans la tourmente (VIDÉO) »,  [En ligne : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/squat-de-coulogne-jeunesse-identitaire-sauvons-calais-ia33b48581n1947081]. Consulté le3 septembre 2018.

[7] “Manifestation Contre Les Migrants À Calais | Reuters.” [  En ligne : http://fr.reuters.com/article/idFRKBN0H20LE20140907. ] Consulté le 12 janvier 2017.

[8] “La Triste Histoire Du Brave Général Piquemal.” [ En ligne : http://www.slate.fr/story/113757/calais-arrestation-piquemal. Consulté le 12 janvier 2017.

[9] « Manifestation du collectif Calaisiens en colère : 800 personnes « contre l’impact de la présence migratoire » »,  [En ligne : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/manifestation-du-collectif-calaisiens-en-colere-800-ia33b48581n3134854]. Consulté le3 septembre 2018.

[10] « VIDEO. Calais : Des vidéos publiées par «Les Calaisiens en colère» sèment le trouble »,  [En ligne : https://www.20minutes.fr/lille/1758439-20160102-calais-videos-publiees-calaisiens-colere-sement-trouble]. Consulté le3 septembre 2018.

[11] « Calais au milieu des extrêmes »,  [En ligne : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/calais-au-milieu-des-extremes-20-02-2016-5562003.php]. Consulté le3 septembre 2018.

[12] « Le centre juridique de la « jungle » de Calais incendié », Le Monde.fr, 18 mars 2016.

« Personne n’est inemployable », l’inscription des réfugiés dans le dispositif de l’Insertion par l’Activité Économique

Nous allons publier un livre en 2019, consacré à la situation des réfugiés en France aujourd’hui, et à quelques réflexions prospectives sur la question. Nous vous proposons en avant-première quelques extraits de ce livre.

Extrait n°1

Depuis 2014 et la « crise des migrants », la question de l’intégration des réfugiés est inévitable, de même que la question de leur emploi, car l’emploi est un vecteur d’intégration, particulièrement en France.

Cependant, les recherches sur l’emploi (1) des réfugiés démontrent l’existence de nombreux freins, notamment individuels, auxquels ils font face : la langue, la qualification, le logement, la santé, la mobilité, etc. (2) Plutôt que mettre l’emphase sur ces difficultés, cet article est l’occasion de s’intéresser aux voies d’insertion professionnelle des réfugiés, c’est-à-dire aux dispositifs par lesquels ils accèdent au travail malgré les barrières. Récemment, plusieurs initiatives ad hoc ont été créées pour résoudre cette problématique de l’emploi des réfugiés, mais il existe depuis longtemps déjà des dispositifs qui s’adressent aux publics en difficulté professionnelle. L’insertion par l’activité économique (IAE) est ainsi un dispositif d’État qui permet d’accompagnement de ces publics vers l’emploi par l’emploi ; et l’IAE en plus d’une activité rémunérée propose aux salariés un suivi social. Une telle présentation peut être très attrayante pour les acteurs qui accompagnent les réfugiés et qui cherchent à les insérer dans l’emploi. De ce fait, certains de ces acteurs se sont rapprochés de l’IAE, à l’instar de France Terre d’Asile qui privilégie ce dispositif pour l’orientation professionnelle des réfugiés qu’elle accompagne. Se pose néanmoins la question de savoir si l’IAE est véritablement adaptée pour les réfugiés et pour résoudre les freins sus-évoqués. Cet article tente alors de répondre à cette question en évoquant les principaux freins à l’emploi que rencontrent les réfugiés et leur prise en charge par l’IAE. Ainsi de la langue qui est le principal frein que rencontrent les réfugiés pour trouver un travail. On pourrait croire que les structures de l’IAE (SIAE), comme toutes les entreprises, font de la maîtrise du français une condition sine qua non pour l’embauche des salariés, car la langue est essentielle pour comprendre le travail, les consignes, pour permettre la communication tout simplement.
Cependant, les réfugiés ne forment pas le seul public de l’IAE qui éprouve un problème de langue, cela concerne même de nombreux salariés en insertion. Les SIAE peuvent alors proposer des formations linguistiques. Les réfugiés possèdent peu ou prou les mêmes difficultés que les autres salariés en insertion, liées notamment au manque d’expérience et de qualification professionnelle.

En IAE ils suivent alors des formations, un entraînement à l’emploi qui vise à pallier en partie ce manque. Sur les autres freins, les réfugiés bénéficient d’un accompagnement social plus traditionnel, et sont abordées les problématiques du logement, de la santé, etc. Et l’IAE s’adapte aussi à ces freins : il existe normalement une condition de domiciliation pour privilégier l’emploi local, mais cette condition est levée dans certaines régions pour les personnes réfugiées notamment. Si l’IAE semble être une solution adaptée pour favoriser l’emploi des réfugiés et lever les freins qu’ils rencontrent, elle n’est cependant pas une solution parfaite. L’IAE est surtout concentrée sur les secteurs d’activité qui sont déjà les plus accessibles pour les personnes réfugiées : BTP, restauration, espaces verts, emplois de maison. Au lieu d’être un tremplin vers l’emploi, l’IAE comporte le risque de n’être seulement qu’un couloir vers les métiers difficiles, précaires, faiblement reconnus. De ce fait, la question de l’emploi des réfugiés en IAE pose d’abord la question de l’IAE tout court, de son modèle et de ses évolutions.
En définitive, cet article didactique vise à présenter le dispositif de l’IAE et les principaux enjeux de ce secteur, car l’IAE et son fonctionnement restent assez mal connue, notamment des acteurs associatifs et des travailleurs sociaux, qui sont pourtant directement en charge de l’accompagnement des réfugiés et parfois de leur accompagnement professionnel. Il s’agit donc de fournir une connaissance pour agir, pour permettre potentiellement aux accompagnants d’orienter les réfugiés vers les SIAE. Face aux freins professionnels que rencontrent les réfugiés, l’IAE semble être une solution qu’il faut dès lors maîtriser. C’est d’autant plus important que l’IAE est un secteur amené à se développer, comme l’actualité le montre avec la présentation du plan antipauvreté dont l’une des mesures prévoit une hausse du nombre d’emplois en IAE ; des emplois pour les réfugiés.

Louis Fontanier

(1) Lab’ho, Leh, A-C. (2018). Accueillir les réfugiés…autrement? L’insertion professionnelle au coeur de l’intégration

(2) Bertelsmann Stiftung. (2016). From refugees to workers. Mapping labour-market integration support measures for
asylum seekers and refugees in EU member states (Volume II: Literature Review and Country Case Studies).

Table ronde « Accompagner les migrants dans l’emploi : les nouveaux acteurs de l’inclusion. Quelles relations entre le travail social et les entreprises ? »

Le programme de recherche du groupe HuMAIn s’intéresse aussi aux perspectives d’insertion professionnelle des migrants et des réfugiés en France, ainsi qu’à la formation des travailleurs sociaux les accompagnant.

Dans le cadre de ces intérêts de recherche et en tant que professionnel du secteur, le directeur du pôle Accueil des Réfugiés d’Habitat et Humanisme et sociologue Lionel Pourtau participera le lundi 25 juin 2018 à la table ronde intitulée « Accompagner les migrants dans l’emploi : les nouveaux acteurs de l’inclusion. Quelles relations entre le travail social et les entreprises ? » qui aura lieu au CNAM (292 rue Saint-Martin, 75003, Paris).

L’entrée est gratuite et se fait sur inscription auprès de: sylvie.ganne@lecnam.net

 

Vous trouverez plus d’informations en cliquant sur le lien suivant: Cnam_Médef_invitation_25juin_vd

 

Nous espérons vous voir nombreux et nombreuses à cette table ronde.

L’hospitalité offerte aux pauvres : un exemple issu de la chanson populaire

Dans son ouvrage « Politique de l’hospitalité », Benjamin Boudou donne de cette pratique la définition générique suivante : C’est l’institution qui règle l’interaction entre un accueillant et un accueilli, consistant en un processus de familiarisation réciproque. Elle a comme fonction la dispensation de bienfaits, l’amorçage de la socialité, l’identification de l’étranger ou l’intégration temporaire de l’invité[1]. Cette pratique se déploie selon le niveau d’acceptation par l’accueillant des mobiles de celui qui la sollicite.

Nous avons proposé dans un précédent billet (https://humain.hypotheses.org/116) une typologie des motivations qui poussent une personne ou un groupe à migrer.

Continuer la lecture de L’hospitalité offerte aux pauvres : un exemple issu de la chanson populaire

Soins : inaccessibilité, inégalités, discriminations

Cet article est la suite de notre premier texte sur la santé des migrants : Santé : la vulnérabilité particulière des migrants

 

La vulnérabilité des migrants est amplifiée par les difficultés, objectives ou ressenties (mais néanmoins réelles), qu’ils éprouvent à accéder aux soins. Ces difficultés sont des plusieurs ordres : des inégalités liées à leurs situations individuelles, des discriminations, ou encore des obstacles d’ordre structurel.

Des facteurs d’inégalités individuels

Au-delà de l’obstacle linguistique, déjà considérable, les migrants se heurtent à d’importantes difficultés de compréhension du fonctionnement du pays d’accueil, notamment administratif (Comede 2017). Ces difficultés de compréhension peuvent être amplifiées par les déséquilibres de tous ordres dont est source le déracinement de la migration (Stanojevich et Veisse 2007). La santé peut alors sembler moins prioritaire que l’accès à l’asile ou à des papiers et la résolution des difficultés d’ordre économique et social, ce qui signifie un moindre recours aux soins. Ces difficultés de compréhension peuvent donc impliquer une révision des priorités.

De surcroît, les migrants font face à un défaut d’information. Des études ont ainsi montré que le système de soins français paraît opaque aux primo-arrivants (Comede 2017, Insee, Les immigrés en France – édition 2005) et « la communication avec les professionnels de santé est rendue difficile par la confrontation de représentations et d’expressions différentes de la maladie » (Comede 2017).

Enfin, un dernier obstacle apparaît, mais non des moins négligeables, qui est d’ordre social et financier. Les migrants sont particulièrement et plus souvent en situation sociale précaire que le reste de la population : marginalité, revenus et niveau de vie inférieurs, risque de chômage plus élevé, conditions de logement moins favorables. Ils sont également exposés à des phénomènes de précarisation spécifiques, notamment du fait de leur statut juridique : obstacles à l’hébergement et à l’emploi, exploitation économique, etc.

Continuer la lecture de Soins : inaccessibilité, inégalités, discriminations

Santé : la vulnérabilité particulière des migrants

Nous commençons une série d’articles sur la santé des migrants, dont voici le premier, sur la question de la vulnérabilité.

L’accès aux soins est un droit fondamental des personnes, sans regard de leur statut et de leur origine, que les États signataires de différentes chartes internationales se sont engagés à respecter. Or, le dernier rapport européen du réseau international de Médecins du monde (MdM) – fondé sur les données médicales et sociales collectées en 2015 dans les centres d’accueil et de soins gérés par MdM et ses partenaires de 31 villes de 12 pays – “révèle de nouveau l’exclusion et l’inégalité des systèmes de santé de droit commun pour les personnes en grande vulnérabilité en Europe” (MdM, Rapport de l’Observatoire : L’accès aux soins des personnes confrontées à de multiples facteurs de vulnérabilité en santé dans 31 villes de 12 pays, 2016).

La précarité des conditions de vie des migrants (expatriés et étudiants sont ici exclus de la définition du terme) et les difficultés d’accès aux soins dans le pays d’accueil les rendent particulièrement vulnérables sur le plan sanitaire. C’est donc un enjeu crucial pour les décideurs et les autorités sanitaires, ainsi que pour les associations et organisations qui accompagnent et aident les migrants.

Continuer la lecture de Santé : la vulnérabilité particulière des migrants

Les migrations réalisées ou supportées. Pourquoi ? Comment ?

Lionel Pourtau[1][2]

« Ni haïr, ni en rire, ni gémir : comprendre »

Spinoza

 

La crise migratoire qui s’est déployée depuis 2015[3] nous oblige à repenser les mécanismes de légitimité des mouvements migratoires.

Pour cela, il nous semble qu’un concept est central dans l’analyse : le cosmopolitisme.

 

Nous nous appuyons sur la division d’Ulrich Beck (2006) entre cosmopolitisme et cosmopolitisation. Le cosmopolitisme est une idéologie, un système de valeurs, normatif, qui considère que le monde doit s’unifier. La cosmopolitisation est un phénomène, la conséquence mécanique de la mondialisation. Cette dernière produit des effets transnationaux qui ne peuvent être gérés de façon efficace via l’optique nationale. Les conséquences de la mondialisation nécessitent une organisation cosmopolitique capable de gérer, de maitriser ces effets, ces conséquences.

Continuer la lecture de Les migrations réalisées ou supportées. Pourquoi ? Comment ?