Archives de catégorie : Billets

Des groupes anti-migrants à Calais

Nous allons publier un livre en 2019, consacré à la situation des réfugiés en France aujourd’hui, et à quelques réflexions prospectives sur la question. Nous vous proposons en avant-première quelques extraits de ce livre.

Extrait n°2

En novembre 2013, la Maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains) met en ligne sur Facebook un appel qui demande aux Calaisiens de repérer et signaler aux autorités tout squat occupé par des migrants [1]. Cette publication crée une polémique nationale, car perçue par beaucoup comme un appel à la délation.

Très rapidement, un collectif de citoyens se lance, prétendant répondre à l’appel de Natacha Bouchart. Ses militants affirment s’attaquer au « problème » des squats. Il se nomme Sauvons Calais, et ses actions vont dès le départ mêler manifestations et rassemblements classiques à des actions plus dures relevant du pur vigilantisme.

Trois revendications sont portées : la constitution de groupes citoyens d’intervention contre les migrants sur le modèle des Voisins Vigilants, l’interdiction des associations « promigrants » tels que les ONG et les No Borders [2], et enfin l’enfermement de tous les migrants présents à Calais dans un camp [3].

Dirigé par Kévin Rêche, jeune chômeur qui a 20 ans au moment de la création du collectif, ses membres se présentent comme apolitiques, mais le groupe est en réalité lié au Parti de La France [4]. Assez rapidement, au début de l’année 2014, la presse révèle que Kevin Rêche a une croix gammée tatouée sur le torse, ce qui porte un coup à l’image « apolitique » du groupe [5].

Au cours de ses trois années d’existence, voici les actions les plus notables du collectif :

  • La mobilisation contre le squat de Coulogne en février 2014 : Sauvons Calais organise des manifestations quotidiennes pour empêcher l’implantation d’un squat pouvant potentiellement accueillir des migrants dans cette ville située en périphérie de Calais. Les manifestations, avec l’appui des riverains, tournent au siège et la maison est longuement caillassée, puis incendiée après que ses occupants l’aient abandonnée, sans qu’il n’y ait par ailleurs d’intervention policière[6].
  • Une manifestation le 7 septembre 2014, réunit plusieurs centaines de militants d’extrême droite venus de toute la France. Des affrontements avec des antifascistes et les saluts nazis de manifestants sont médiatisés, dégradant un peu plus l’image du collectif [7].
  • Le 6 février 2016, malgré une interdiction préfectorale, le collectif organise une manifestation Pegida [8]. Celle-ci vire aussi à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Le général parachutiste à la retraite Christian Piquemal y est interpellé.

Par ailleurs,  les activistes essayent d’appeler à d’autres manifestations, régulièrement interdites par la préfecture. Ses militants mènent parfois des rondes dans Calais. Le groupe se caractérise aussi par une activité en ligne très soutenue, notamment sur le réseau Facebook avec de nombreuses publications ciblant les migrants et appelant les Calaisiens à l’action.

À partir de l’automne 2015, la dynamique de Sauvons Calais est en baisse, et un nouveau collectif de « citoyens apolitiques » émerge, celui des Calaisiens en Colère. Cette association au profil plus lisse est constituée de « riverains » de la jungle et se prétend lui aussi apolitique. Elle est en réalité proche d’autres courants d’extrême droite. Ses porte-parole informels Samuel Delcloy et Sarah Guerlach entretiennent des liens avec le Front National.

Ses actions vont encore plus s’appuyer sur l’utilisation des réseaux sociaux que Sauvons Calais. Ceux-ci vont servir de caisse de résonnance au vigilantisme du collectif qui organise des patrouilles régulières autour de la jungle Jules Ferry afin de surveiller les activités des migrants — qui sont ensuite mises en ligne sur Facebook. Les Calaisiens organisent aussi des manifestations dont les participants sont plutôt nombreux — jusqu’à 800 manifestants en octobre 2015[9].

Le groupe organise par ailleurs des « rondes de sécurisation » de la jungle de début décembre 2015 à mi-janvier 2016 qui sont intitulées « rassemblements de soutien aux riverains ». Celles-ci sont ponctuées de combats avec les migrants, en se tenant aux côtés des CRS. Ces affrontements sont filmés et diffusés sur les réseaux sociaux. Une ronde – ou un militant affirme «sortir son gun », puis au cours de laquelle on entend des tirs – suscite un scandale médiatique et l’arrêt des rassemblements [10]. Par la suite, un des membres du groupe est arrêté alors qu’il participe à des agressions de migrants en février 2016. Les Calaisiens en Colère déclinent toute responsabilité [11]. Ce groupe atteint une audience sur Internet encore plus massive que celle de Sauvons Calais, notamment grâce à son art consommé de mettre en scène la vigilance.

Les deux collectifs vont tenter de se distancier de toute forme de violence politique, sans toutefois y parvenir : les « rassemblements de sécurisation » de décembre 2015 et janvier 2016 et le siège du squat de Coulogne en février 2014 donnent lieu à des violences dont les organisateurs ont du mal à se dissocier.

Par ailleurs, les agressions de militants d’extrême gauche et de migrants se multiplient, entre 2014 et 2016, mais il est difficile faute de preuves d’établir un lien formel entre les collectifs anti-migrants et ces agressions. S., personne de l’association de la Cabane juridique, avec qui nous nous entretenons, a ainsi pu recueillir quatre-vingts récits d’agressions. Elle estime leur nombre total à plusieurs centaines (les locaux de la Cabane juridique sont la cible d’un incendie criminel au début de l’année 2016) [12].

Matthijs Gardenier
Docteur en Sociologie
ATER au Département de Sociologie
Université Paul-Valéry Montpellier

[1] “Migrants : Un Message de Natacha Bouchart Crée Le Buzz Sur Facebook -.” [ En ligne :http://www.nordlittoral.fr/fait-divers-justice/migrants-un-message-de-natacha-bouchart-cree-le-buzz-sur-ia6b0n26840.] Consulté le 30 septembre 2017.

[2] Les No border, militants proches du courant anarchiste, constituent particulièrement les cibles de Sauvons Calais.

[3] Nous avons l’occasion d’entendre l’ensemble des revendications du collectif lors de la conférence de presse de Sauvons Calais le 5 juin 2015. Yvan Benedetti se charge d’en faire l’inventaire.

[4] Scission droitière du Front National. Pour plus de détails se référer à Nicolas Lebourg.

[5] “FN : Marine Le Pen En Photo Avec Kévin Reche, Le Porte Parole de ‘Sauvons Calais’ Au Tatouage Nazi – France 3 Hauts-de-France.” [ En ligne : http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/2014/03/11/fn-marine-le-pen-en-photo-avec-kevin-reche-le-porte-parole-de-sauvons-calais-au-tatouage-nazi-430961.html.] Consulté le 24 aout 2017.

[6] « Squat de Coulogne, jeunesse identitaire : Sauvons Calais dans la tourmente (VIDÉO) »,  [En ligne : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/squat-de-coulogne-jeunesse-identitaire-sauvons-calais-ia33b48581n1947081]. Consulté le3 septembre 2018.

[7] “Manifestation Contre Les Migrants À Calais | Reuters.” [  En ligne : http://fr.reuters.com/article/idFRKBN0H20LE20140907. ] Consulté le 12 janvier 2017.

[8] “La Triste Histoire Du Brave Général Piquemal.” [ En ligne : http://www.slate.fr/story/113757/calais-arrestation-piquemal. Consulté le 12 janvier 2017.

[9] « Manifestation du collectif Calaisiens en colère : 800 personnes « contre l’impact de la présence migratoire » »,  [En ligne : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/manifestation-du-collectif-calaisiens-en-colere-800-ia33b48581n3134854]. Consulté le3 septembre 2018.

[10] « VIDEO. Calais : Des vidéos publiées par «Les Calaisiens en colère» sèment le trouble »,  [En ligne : https://www.20minutes.fr/lille/1758439-20160102-calais-videos-publiees-calaisiens-colere-sement-trouble]. Consulté le3 septembre 2018.

[11] « Calais au milieu des extrêmes »,  [En ligne : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/calais-au-milieu-des-extremes-20-02-2016-5562003.php]. Consulté le3 septembre 2018.

[12] « Le centre juridique de la « jungle » de Calais incendié », Le Monde.fr, 18 mars 2016.

« Personne n’est inemployable », l’inscription des réfugiés dans le dispositif de l’Insertion par l’Activité Économique

Nous allons publier un livre en 2019, consacré à la situation des réfugiés en France aujourd’hui, et à quelques réflexions prospectives sur la question. Nous vous proposons en avant-première quelques extraits de ce livre.

Extrait n°1

Depuis 2014 et la « crise des migrants », la question de l’intégration des réfugiés est inévitable, de même que la question de leur emploi, car l’emploi est un vecteur d’intégration, particulièrement en France.

Cependant, les recherches sur l’emploi (1) des réfugiés démontrent l’existence de nombreux freins, notamment individuels, auxquels ils font face : la langue, la qualification, le logement, la santé, la mobilité, etc. (2) Plutôt que mettre l’emphase sur ces difficultés, cet article est l’occasion de s’intéresser aux voies d’insertion professionnelle des réfugiés, c’est-à-dire aux dispositifs par lesquels ils accèdent au travail malgré les barrières. Récemment, plusieurs initiatives ad hoc ont été créées pour résoudre cette problématique de l’emploi des réfugiés, mais il existe depuis longtemps déjà des dispositifs qui s’adressent aux publics en difficulté professionnelle. L’insertion par l’activité économique (IAE) est ainsi un dispositif d’État qui permet d’accompagnement de ces publics vers l’emploi par l’emploi ; et l’IAE en plus d’une activité rémunérée propose aux salariés un suivi social. Une telle présentation peut être très attrayante pour les acteurs qui accompagnent les réfugiés et qui cherchent à les insérer dans l’emploi. De ce fait, certains de ces acteurs se sont rapprochés de l’IAE, à l’instar de France Terre d’Asile qui privilégie ce dispositif pour l’orientation professionnelle des réfugiés qu’elle accompagne. Se pose néanmoins la question de savoir si l’IAE est véritablement adaptée pour les réfugiés et pour résoudre les freins sus-évoqués. Cet article tente alors de répondre à cette question en évoquant les principaux freins à l’emploi que rencontrent les réfugiés et leur prise en charge par l’IAE. Ainsi de la langue qui est le principal frein que rencontrent les réfugiés pour trouver un travail. On pourrait croire que les structures de l’IAE (SIAE), comme toutes les entreprises, font de la maîtrise du français une condition sine qua non pour l’embauche des salariés, car la langue est essentielle pour comprendre le travail, les consignes, pour permettre la communication tout simplement.
Cependant, les réfugiés ne forment pas le seul public de l’IAE qui éprouve un problème de langue, cela concerne même de nombreux salariés en insertion. Les SIAE peuvent alors proposer des formations linguistiques. Les réfugiés possèdent peu ou prou les mêmes difficultés que les autres salariés en insertion, liées notamment au manque d’expérience et de qualification professionnelle.

En IAE ils suivent alors des formations, un entraînement à l’emploi qui vise à pallier en partie ce manque. Sur les autres freins, les réfugiés bénéficient d’un accompagnement social plus traditionnel, et sont abordées les problématiques du logement, de la santé, etc. Et l’IAE s’adapte aussi à ces freins : il existe normalement une condition de domiciliation pour privilégier l’emploi local, mais cette condition est levée dans certaines régions pour les personnes réfugiées notamment. Si l’IAE semble être une solution adaptée pour favoriser l’emploi des réfugiés et lever les freins qu’ils rencontrent, elle n’est cependant pas une solution parfaite. L’IAE est surtout concentrée sur les secteurs d’activité qui sont déjà les plus accessibles pour les personnes réfugiées : BTP, restauration, espaces verts, emplois de maison. Au lieu d’être un tremplin vers l’emploi, l’IAE comporte le risque de n’être seulement qu’un couloir vers les métiers difficiles, précaires, faiblement reconnus. De ce fait, la question de l’emploi des réfugiés en IAE pose d’abord la question de l’IAE tout court, de son modèle et de ses évolutions.
En définitive, cet article didactique vise à présenter le dispositif de l’IAE et les principaux enjeux de ce secteur, car l’IAE et son fonctionnement restent assez mal connue, notamment des acteurs associatifs et des travailleurs sociaux, qui sont pourtant directement en charge de l’accompagnement des réfugiés et parfois de leur accompagnement professionnel. Il s’agit donc de fournir une connaissance pour agir, pour permettre potentiellement aux accompagnants d’orienter les réfugiés vers les SIAE. Face aux freins professionnels que rencontrent les réfugiés, l’IAE semble être une solution qu’il faut dès lors maîtriser. C’est d’autant plus important que l’IAE est un secteur amené à se développer, comme l’actualité le montre avec la présentation du plan antipauvreté dont l’une des mesures prévoit une hausse du nombre d’emplois en IAE ; des emplois pour les réfugiés.

Louis Fontanier

(1) Lab’ho, Leh, A-C. (2018). Accueillir les réfugiés…autrement? L’insertion professionnelle au coeur de l’intégration

(2) Bertelsmann Stiftung. (2016). From refugees to workers. Mapping labour-market integration support measures for
asylum seekers and refugees in EU member states (Volume II: Literature Review and Country Case Studies).

L’hospitalité offerte aux pauvres : un exemple issu de la chanson populaire

Dans son ouvrage « Politique de l’hospitalité », Benjamin Boudou donne de cette pratique la définition générique suivante : C’est l’institution qui règle l’interaction entre un accueillant et un accueilli, consistant en un processus de familiarisation réciproque. Elle a comme fonction la dispensation de bienfaits, l’amorçage de la socialité, l’identification de l’étranger ou l’intégration temporaire de l’invité[1]. Cette pratique se déploie selon le niveau d’acceptation par l’accueillant des mobiles de celui qui la sollicite.

Nous avons proposé dans un précédent billet (https://humain.hypotheses.org/116) une typologie des motivations qui poussent une personne ou un groupe à migrer.

Continuer la lecture de L’hospitalité offerte aux pauvres : un exemple issu de la chanson populaire

Soins : inaccessibilité, inégalités, discriminations

Cet article est la suite de notre premier texte sur la santé des migrants : Santé : la vulnérabilité particulière des migrants

 

La vulnérabilité des migrants est amplifiée par les difficultés, objectives ou ressenties (mais néanmoins réelles), qu’ils éprouvent à accéder aux soins. Ces difficultés sont des plusieurs ordres : des inégalités liées à leurs situations individuelles, des discriminations, ou encore des obstacles d’ordre structurel.

Des facteurs d’inégalités individuels

Au-delà de l’obstacle linguistique, déjà considérable, les migrants se heurtent à d’importantes difficultés de compréhension du fonctionnement du pays d’accueil, notamment administratif (Comede 2017). Ces difficultés de compréhension peuvent être amplifiées par les déséquilibres de tous ordres dont est source le déracinement de la migration (Stanojevich et Veisse 2007). La santé peut alors sembler moins prioritaire que l’accès à l’asile ou à des papiers et la résolution des difficultés d’ordre économique et social, ce qui signifie un moindre recours aux soins. Ces difficultés de compréhension peuvent donc impliquer une révision des priorités.

De surcroît, les migrants font face à un défaut d’information. Des études ont ainsi montré que le système de soins français paraît opaque aux primo-arrivants (Comede 2017, Insee, Les immigrés en France – édition 2005) et “la communication avec les professionnels de santé est rendue difficile par la confrontation de représentations et d’expressions différentes de la maladie” (Comede 2017).

Enfin, un dernier obstacle apparaît, mais non des moins négligeables, qui est d’ordre social et financier. Les migrants sont particulièrement et plus souvent en situation sociale précaire que le reste de la population : marginalité, revenus et niveau de vie inférieurs, risque de chômage plus élevé, conditions de logement moins favorables. Ils sont également exposés à des phénomènes de précarisation spécifiques, notamment du fait de leur statut juridique : obstacles à l’hébergement et à l’emploi, exploitation économique, etc.

Continuer la lecture de Soins : inaccessibilité, inégalités, discriminations

Santé : la vulnérabilité particulière des migrants

Nous commençons une série d’articles sur la santé des migrants, dont voici le premier, sur la question de la vulnérabilité.

L’accès aux soins est un droit fondamental des personnes, sans regard de leur statut et de leur origine, que les États signataires de différentes chartes internationales se sont engagés à respecter. Or, le dernier rapport européen du réseau international de Médecins du monde (MdM) – fondé sur les données médicales et sociales collectées en 2015 dans les centres d’accueil et de soins gérés par MdM et ses partenaires de 31 villes de 12 pays – “révèle de nouveau l’exclusion et l’inégalité des systèmes de santé de droit commun pour les personnes en grande vulnérabilité en Europe” (MdM, Rapport de l’Observatoire : L’accès aux soins des personnes confrontées à de multiples facteurs de vulnérabilité en santé dans 31 villes de 12 pays, 2016).

La précarité des conditions de vie des migrants (expatriés et étudiants sont ici exclus de la définition du terme) et les difficultés d’accès aux soins dans le pays d’accueil les rendent particulièrement vulnérables sur le plan sanitaire. C’est donc un enjeu crucial pour les décideurs et les autorités sanitaires, ainsi que pour les associations et organisations qui accompagnent et aident les migrants.

Continuer la lecture de Santé : la vulnérabilité particulière des migrants

Les migrations réalisées ou supportées. Pourquoi ? Comment ?

Lionel Pourtau[1][2]

« Ni haïr, ni en rire, ni gémir : comprendre »

Spinoza

 

La crise migratoire qui s’est déployée depuis 2015[3] nous oblige à repenser les mécanismes de légitimité des mouvements migratoires.

Pour cela, il nous semble qu’un concept est central dans l’analyse : le cosmopolitisme.

 

Nous nous appuyons sur la division d’Ulrich Beck (2006) entre cosmopolitisme et cosmopolitisation. Le cosmopolitisme est une idéologie, un système de valeurs, normatif, qui considère que le monde doit s’unifier. La cosmopolitisation est un phénomène, la conséquence mécanique de la mondialisation. Cette dernière produit des effets transnationaux qui ne peuvent être gérés de façon efficace via l’optique nationale. Les conséquences de la mondialisation nécessitent une organisation cosmopolitique capable de gérer, de maitriser ces effets, ces conséquences.

Continuer la lecture de Les migrations réalisées ou supportées. Pourquoi ? Comment ?