Pourquoi des migrants se suicident lorsqu’ils ont enfin réussi à échapper à la mort ?

A quoi bon aller sur la lune, si c’est pour s’y suicider?

André Malraux

Le 20 juillet 2019, un collectif parisien de soutien aux migrants a commémoré la mort d’un réfugié, une mort particulière puisqu’il s’agit d’un suicide. L’homme s’est en effet pendu, il y a une semaine, dans le square Charles-Hermitte, entre les portes de la Chapelle et d’Aubervilliers à Paris[1]. Toute mort est une tragédie. Mais la mort par suicide d’une personne qui a tout abandonné, tout risqué pour atteindre l’Europe et qui, une fois atteint son objectif d’une terre de sauvegarde, décide de mourir pose des questions singulières. Peut-être y a-t-il des conditions particulières à ce cas, soit psychologiques, soit politiques, sans doute les deux. Mais les éléments conjoncturels ne doivent pas nous détourner de la question structurelle : Pourquoi des migrants se suicident-ils alors qu’ils ont réussi à fuir les menaces qui pesaient sur eux ?

Notre hypothèse est la suivante : en s’exilant pour sauver leur corps physique, les migrants ont affaibli leur corps social, ce corps relationnel qui se construit dans le regard des autres. Ayant abandonné leur corps social d’autochtones là-bas, ils ont besoin d’être légitimés ici par la reconnaissance de leur statut de réfugiés, statut juridique par l’institution étatique, ou statut social reconnu par la communauté de ceux qui les accueillent et désormais les entoure. Or si ce nouveau corps social n’est pas assez reconnu, le corps physique ne peut survivre et l’autolyse apparait comme la solution pour échapper à la souffrance.

Nous allons nous appuyer sur deux textes de deux auteurs pour valider notre hypothèse :

  • Le chapitre 9 d’Anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss[2]
  • Nous autres réfugiés d’Hannah Arendt[3]

 

Avant tout, qu’appelons-nous « corps social » ? Il ne désigne pas ici la société ou une institution, mais bel et bien le corps d’un individu. Il ne s’agit cependant pas du corps physique, avec ses sens et ses mouvements : il s’agit du corps médiatisé par son environnement social. Autrement dit, c’est la place occupée par un individu au sein d’un réseau de relations, entouré de personnes reconnaissant son identité et son individualité. Cette place peut facilement se confondre avec son existence même dans le regard d’autrui.

 

1             Anthropologie structurale

Les actions sur le corps social peuvent avoir des effets sur le corps physique. Cela ne surprendra personne ayant un minimum de notions en psychologie et en psychopathologie : les blessures psychiques peuvent entraîner des répercussions psychosomatiques sur le corps du malade. Nous reprenons ici l’idée que ces blessures psychiques peuvent être créées par un certain état des relations sociales autour du sujet.

Un exemple de cette altération du corps social ayant des effets sur le corps physique se trouve chez Lévi-Strauss. Dans le chapitre 9 d’Anthropologie structurale, il explique comment la magie noire peut tuer. Si un sorcier, considéré comme tel par une communauté jette un sortilège de mort sur un membre de cette société, la croyance collective en l’efficience du sortilège va engendrer la mort physique de la cible. Si la communauté croit en l’efficacité du sort, elle va considérer la victime comme un mort en sursis et ne va plus le considérer comme un vivant membre de la communauté. Ces comportements collectifs engendrent la mort du corps social. Dans les sociétés les moins individualistes, le corps physique a du mal à survivre à la mort du corps social.

Autrement dit, nous pouvons en déduire un fonctionnement psychologique : un événement quelconque faisant disparaître le corps social, soit le réseau de relations autour d’une personne (cela peut être une perte de réputation, par exemple), cette dernière se sent niée dans son identité et isolée, ce qui peut conduire à des traumatismes et des effets psychosomatiques. Une des résolutions de ces traumatismes peut alors être le suicide.

 

2             Nous autres réfugiés

Nous nous intéressons ici à la question des effets de la disparition du corps social chez les réfugiés. Pour cela, le texte d’Hannah Arendt, Nous autres réfugiés, offre un éclairage précieux.

Dans ce texte de 1943, la philosophe allemande exilée aux Etats-Unis s’interroge sur les difficultés rencontrées par les réfugiés juifs en Amérique. Elle observe un nombre significatif de suicides chez cette population qui a pourtant échappé plusieurs fois à la mort en Europe.

« Les suicides ne se produisent plus seulement parmi les populations affolées de Berlin et de Vienne, de Bucarest et de Paris, mais également à New York et Los Angeles, Buenos Aires et Montevideo. »

Elle observe également qu’ils ont perdu un rapport « naturel » au monde :

 « Nous avons perdu notre foyer, c’est-à-dire la familiarité de notre vie quotidienne. Nous avons perdu notre profession, c’est-à-dire l’assurance d’être de quelque utilité en ce monde. Nous avons perdu notre langue maternelle, c’est-à-dire nos réactions naturelles, la simplicité des gestes et l’expression spontanée de nos sentiments. »

L’auteur montre tous les efforts d’adaptation, à répétition, faits pourtant par les exilés. Ces tentatives répétées d’adaptation, devenir un bon Tchèque, puis un bon Français, puis un bon Américain affaiblissent peut-être l’identité du migrant. Ensuite cette intégration est un mécanisme qui se joue à deux. Si le pays d’accueil ne veut pas que l’étranger s’installe chez lui, l’intégration ne pourra pas se faire, quels que soient les efforts de l’arrivant. Une part significative des réfugiés juifs en Amérique lors de la Seconde guerre mondiale ne survit pas à leur exil censé pourtant leur sauver la vie. Peut-être parce qu’ils n’arrivent pas se à recréer un corps social dans le pays d’accueil

 

3             Le corps social des réfugiés

A partir de ces deux analyses, nous proposons des éléments d’explication au suicide des réfugiés. Migrer, c’est abandonner son corps social d’origine, celui que produisait la famille, les voisins du lieu d’origine, et qui indiquait que la personne était à sa place, légitime d’être là où elle était. Cette perte nous affaiblit en tant que personne. Dans le pays d’arrivée, pour légitimer sa place, on invoque le statut de réfugiés. Ce statut est légitimisant. S’il est refusé, soit juridiquement, soit pratiquement par la population du territoire d’arrivée, ce corps social ne va pas pouvoir se structurer, exister. Or, l’absence de corps social peut engendrer l’impossibilité pour le corps physique de survivre, d’où le suicide. Evidemment ce déni du corps social n’est pas binaire, c’est un continuum allant de 0 à 1, surtout entre les deux bornes. Si on obtient le statut de réfugié de l’Etat, on vivra moins mal le rejet de la population d’arrivée. Si on est accueilli par des associations pro-migrants, on vivra moins mal le refus de son statut de réfugié par l’Etat. L’état psychique particulier du migrant produira l’alchimie qui permettra de survivre ou au contraire l’amènera à se détruire. 

On peut penser que différentes variables jouent des rôles divers, voire contradictoires selon les temps de l’intégration.

  • La présence d’une diaspora permet de garder vivante et fonctionnelle une partie de son corps social précédent, celui du territoire de départ. Cela peut atténuer le choc de l’arrivée mais inversement ralentir, voire bloquer l’intégration la plus complète. Rien ne dit cependant que cette intégration complète soit forcément un objectif à atteindre.
  • L’hospitalité éprouvée permet de construire un corps social ancré dans le territoire d’arrivée. Le sentiment d’être bien accueilli accélère la création d’un nouveau corps social en résonance avec le territoire d’accueil.

 

 

Conclusion

Les injonctions d’intégration sont paradoxales : il est demandé aux migrants de montrer leur volonté d’insertion en abandonnant le maximum de leur identité sociale précédente. Mais ce n’est pas pour autant que l’on se verra octroyer une identité sociale légitime de remplacement. Pour le lire avec notre grille : le migrant doit abandonner son corps social premier sans savoir si la terre d’accueil va lui octroyer un corps social de remplacement. Sans corps social de substitution, le sujet peut sentir incapable de faire face. Comme les victimes de malédiction décrits par Lévi-Strauss, il va se sentir hors monde social, cette souffrance psychique pouvant entrainer le suicide. Il aura abandonné un corps social précédent pour que son corps physique survive. Mais la survie de celui-ci sans la reconstitution de celui-là peut être tout aussi mortifère.

Lionel

[1] http://www.leparisien.fr/paris-75/hommage-a-un-migrant-qui-s-est-suicide-la-jungle-de-paris-tue-20-07-2019-8120790.php

[2] Lévi-Strauss C., Anthropologie structurale, Pocket, 2003 (1959)

[3] Arendt H., Nous autres réfugiés, Allia, 2019 (1943)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.