Des groupes anti-migrants à Calais

Nous allons publier un livre en 2019, consacré à la situation des réfugiés en France aujourd’hui, et à quelques réflexions prospectives sur la question. Nous vous proposons en avant-première quelques extraits de ce livre.

Extrait n°2

En novembre 2013, la Maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains) met en ligne sur Facebook un appel qui demande aux Calaisiens de repérer et signaler aux autorités tout squat occupé par des migrants [1]. Cette publication crée une polémique nationale, car perçue par beaucoup comme un appel à la délation.

Très rapidement, un collectif de citoyens se lance, prétendant répondre à l’appel de Natacha Bouchart. Ses militants affirment s’attaquer au « problème » des squats. Il se nomme Sauvons Calais, et ses actions vont dès le départ mêler manifestations et rassemblements classiques à des actions plus dures relevant du pur vigilantisme.

Trois revendications sont portées : la constitution de groupes citoyens d’intervention contre les migrants sur le modèle des Voisins Vigilants, l’interdiction des associations « promigrants » tels que les ONG et les No Borders [2], et enfin l’enfermement de tous les migrants présents à Calais dans un camp [3].

Dirigé par Kévin Rêche, jeune chômeur qui a 20 ans au moment de la création du collectif, ses membres se présentent comme apolitiques, mais le groupe est en réalité lié au Parti de La France [4]. Assez rapidement, au début de l’année 2014, la presse révèle que Kevin Rêche a une croix gammée tatouée sur le torse, ce qui porte un coup à l’image « apolitique » du groupe [5].

Au cours de ses trois années d’existence, voici les actions les plus notables du collectif :

  • La mobilisation contre le squat de Coulogne en février 2014 : Sauvons Calais organise des manifestations quotidiennes pour empêcher l’implantation d’un squat pouvant potentiellement accueillir des migrants dans cette ville située en périphérie de Calais. Les manifestations, avec l’appui des riverains, tournent au siège et la maison est longuement caillassée, puis incendiée après que ses occupants l’aient abandonnée, sans qu’il n’y ait par ailleurs d’intervention policière[6].
  • Une manifestation le 7 septembre 2014, réunit plusieurs centaines de militants d’extrême droite venus de toute la France. Des affrontements avec des antifascistes et les saluts nazis de manifestants sont médiatisés, dégradant un peu plus l’image du collectif [7].
  • Le 6 février 2016, malgré une interdiction préfectorale, le collectif organise une manifestation Pegida [8]. Celle-ci vire aussi à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Le général parachutiste à la retraite Christian Piquemal y est interpellé.

Par ailleurs,  les activistes essayent d’appeler à d’autres manifestations, régulièrement interdites par la préfecture. Ses militants mènent parfois des rondes dans Calais. Le groupe se caractérise aussi par une activité en ligne très soutenue, notamment sur le réseau Facebook avec de nombreuses publications ciblant les migrants et appelant les Calaisiens à l’action.

À partir de l’automne 2015, la dynamique de Sauvons Calais est en baisse, et un nouveau collectif de « citoyens apolitiques » émerge, celui des Calaisiens en Colère. Cette association au profil plus lisse est constituée de « riverains » de la jungle et se prétend lui aussi apolitique. Elle est en réalité proche d’autres courants d’extrême droite. Ses porte-parole informels Samuel Delcloy et Sarah Guerlach entretiennent des liens avec le Front National.

Ses actions vont encore plus s’appuyer sur l’utilisation des réseaux sociaux que Sauvons Calais. Ceux-ci vont servir de caisse de résonnance au vigilantisme du collectif qui organise des patrouilles régulières autour de la jungle Jules Ferry afin de surveiller les activités des migrants — qui sont ensuite mises en ligne sur Facebook. Les Calaisiens organisent aussi des manifestations dont les participants sont plutôt nombreux — jusqu’à 800 manifestants en octobre 2015[9].

Le groupe organise par ailleurs des « rondes de sécurisation » de la jungle de début décembre 2015 à mi-janvier 2016 qui sont intitulées « rassemblements de soutien aux riverains ». Celles-ci sont ponctuées de combats avec les migrants, en se tenant aux côtés des CRS. Ces affrontements sont filmés et diffusés sur les réseaux sociaux. Une ronde – ou un militant affirme «sortir son gun », puis au cours de laquelle on entend des tirs – suscite un scandale médiatique et l’arrêt des rassemblements [10]. Par la suite, un des membres du groupe est arrêté alors qu’il participe à des agressions de migrants en février 2016. Les Calaisiens en Colère déclinent toute responsabilité [11]. Ce groupe atteint une audience sur Internet encore plus massive que celle de Sauvons Calais, notamment grâce à son art consommé de mettre en scène la vigilance.

Les deux collectifs vont tenter de se distancier de toute forme de violence politique, sans toutefois y parvenir : les « rassemblements de sécurisation » de décembre 2015 et janvier 2016 et le siège du squat de Coulogne en février 2014 donnent lieu à des violences dont les organisateurs ont du mal à se dissocier.

Par ailleurs, les agressions de militants d’extrême gauche et de migrants se multiplient, entre 2014 et 2016, mais il est difficile faute de preuves d’établir un lien formel entre les collectifs anti-migrants et ces agressions. S., personne de l’association de la Cabane juridique, avec qui nous nous entretenons, a ainsi pu recueillir quatre-vingts récits d’agressions. Elle estime leur nombre total à plusieurs centaines (les locaux de la Cabane juridique sont la cible d’un incendie criminel au début de l’année 2016) [12].

Matthijs Gardenier
Docteur en Sociologie
ATER au Département de Sociologie
Université Paul-Valéry Montpellier

[1] “Migrants : Un Message de Natacha Bouchart Crée Le Buzz Sur Facebook -.” [ En ligne :http://www.nordlittoral.fr/fait-divers-justice/migrants-un-message-de-natacha-bouchart-cree-le-buzz-sur-ia6b0n26840.] Consulté le 30 septembre 2017.

[2] Les No border, militants proches du courant anarchiste, constituent particulièrement les cibles de Sauvons Calais.

[3] Nous avons l’occasion d’entendre l’ensemble des revendications du collectif lors de la conférence de presse de Sauvons Calais le 5 juin 2015. Yvan Benedetti se charge d’en faire l’inventaire.

[4] Scission droitière du Front National. Pour plus de détails se référer à Nicolas Lebourg.

[5] “FN : Marine Le Pen En Photo Avec Kévin Reche, Le Porte Parole de ‘Sauvons Calais’ Au Tatouage Nazi – France 3 Hauts-de-France.” [ En ligne : http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/2014/03/11/fn-marine-le-pen-en-photo-avec-kevin-reche-le-porte-parole-de-sauvons-calais-au-tatouage-nazi-430961.html.] Consulté le 24 aout 2017.

[6] « Squat de Coulogne, jeunesse identitaire : Sauvons Calais dans la tourmente (VIDÉO) »,  [En ligne : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/squat-de-coulogne-jeunesse-identitaire-sauvons-calais-ia33b48581n1947081]. Consulté le3 septembre 2018.

[7] “Manifestation Contre Les Migrants À Calais | Reuters.” [  En ligne : http://fr.reuters.com/article/idFRKBN0H20LE20140907. ] Consulté le 12 janvier 2017.

[8] “La Triste Histoire Du Brave Général Piquemal.” [ En ligne : http://www.slate.fr/story/113757/calais-arrestation-piquemal. Consulté le 12 janvier 2017.

[9] « Manifestation du collectif Calaisiens en colère : 800 personnes « contre l’impact de la présence migratoire » »,  [En ligne : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/manifestation-du-collectif-calaisiens-en-colere-800-ia33b48581n3134854]. Consulté le3 septembre 2018.

[10] « VIDEO. Calais : Des vidéos publiées par «Les Calaisiens en colère» sèment le trouble »,  [En ligne : https://www.20minutes.fr/lille/1758439-20160102-calais-videos-publiees-calaisiens-colere-sement-trouble]. Consulté le3 septembre 2018.

[11] « Calais au milieu des extrêmes »,  [En ligne : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/calais-au-milieu-des-extremes-20-02-2016-5562003.php]. Consulté le3 septembre 2018.

[12] « Le centre juridique de la « jungle » de Calais incendié », Le Monde.fr, 18 mars 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.