Les migrations réalisées ou supportées. Pourquoi ? Comment ?

Lionel Pourtau[1][2]

« Ni haïr, ni en rire, ni gémir : comprendre »

Spinoza

 

La crise migratoire qui s’est déployée depuis 2015[3] nous oblige à repenser les mécanismes de légitimité des mouvements migratoires.

Pour cela, il nous semble qu’un concept est central dans l’analyse : le cosmopolitisme.

 

Nous nous appuyons sur la division d’Ulrich Beck (2006) entre cosmopolitisme et cosmopolitisation. Le cosmopolitisme est une idéologie, un système de valeurs, normatif, qui considère que le monde doit s’unifier. La cosmopolitisation est un phénomène, la conséquence mécanique de la mondialisation. Cette dernière produit des effets transnationaux qui ne peuvent être gérés de façon efficace via l’optique nationale. Les conséquences de la mondialisation nécessitent une organisation cosmopolitique capable de gérer, de maitriser ces effets, ces conséquences.

Nous pouvons distinguer plusieurs formes de cosmopolitisme. La plus acceptée est le cosmopolitisme des élites économiques et intellectuelles : il est valorisé et reconnu[4]. Cette première forme est donc associée à certains gains symboliques.

Mais il existe aussi des formes plus dévalorisées. Nous voulons ici nous intéresser à ceux qui produisent la mondialisation sans bénéficier de ses gains symboliques : ceux qui migrent sans être considérés comme des expatriés et ceux qui reçoivent les migrations comme une menace. A titre individuel, les migrants cherchent à échapper aux situations négatives en changeant de territoire. D’où les migrations.

Il y a certainement dans le cosmopolitisme le plus optimiste et le plus pensé une large part de curiosité et de goût pour l’ailleurs. Mais sans doute aussi une part d’insatisfaction envers son pays natal, et ce quelle que soit la forme de cosmopolitisme.

Les réfugiés se retrouvent bien malgré eux sur les routes[5], dans ces conditions si précaires. Malgré eux et sans forcément de volonté déclarée de devenir des cosmopolites, non par but mais par obligation, ils produisent des effets cosmopolitiques. Ils transmettent là aussi sans le vouloir une conscience du monde aux sédentaires qu’ils vont croiser.

On peut estimer qu’il y a une double cosmopolitisation qui se fait par leur exil. D’un côté, il y a leur cosmopolitisation propre, en tant qu’exilés. De l’autre, l’arrivée des réfugiés peut être vécue comme une menace, mais elle permet en même temps à ceux qui les reçoivent un contact avec des individus cosmopolites malgré eux et qui leur ressemblent assez pour qu’ils puissent s’identifier. L’envie ou le devoir d’hospitalité comme le rejet des migrants sont autant de facteurs de cosmopolitisation.

Les réfugiés transmettent donc une conscience cosmopolitique par le bas, par les épreuves, en tout cas par la difficulté ; mais ils ont peu de ressources pour le penser. Les migrations sont des phénomènes participant à créer à la fois un cosmopolitisme et un anti-cosmopolitisme, deux cadres normatifs. Ces deux cadres normatifs aident les pro- et les anti-migrants à se positionner politiquement, moralement et, plus rarement, dans l’action.

 

Migrer

Nous pouvons distinguer deux catégories : ceux qui peuvent ou doivent migrer et ceux qui ne le peuvent et ne le doivent pas.

La capacité de migrer est une ressource qui se construit selon le pays et selon le milieu d’origine. Etre de nationalité américaine ou européenne accroît la capacité à pouvoir migrer[6]. Les pays du monde distribuent globalement plus facilement les visas à ces ressortissants qu’à d’autres. C’est le facteur juridique. A un second niveau, avoir les ressources financières ou des compétences recherchées internationalement accroît également la capacité à migrer.

A cela se rajoute la nécessité ou pas d’avoir à migrer. Cette nécessité est un continuum allant d’une recherche de dépaysement à la survie, en passant par l’amélioration de sa situation matérielle.

Nous avons identifié quatre grandes familles de motivations à migrer. On pourrait positionner ces différents besoins dans une pyramide de Maslow modifiée :

 

 

  1. Besoins physiologiques : échapper à la famine ou à la mort de soif.
  2. Besoins de sécurité : échapper aux massacres, aux violences.
  3. Besoin d’améliorer son confort matériel : accéder à des environnements permettant d’avoir un meilleur niveau de vie.
  4. Besoin de s’accomplir : aller à la rencontre de civilisations ou de cultures différentes.

Cette pyramide a été beaucoup critiquée, parfois à raison[7]. Pour notre part, nous la voyons avant tout comme un outil pour penser, tout en ayant conscience de ses avantages et de ses inconvénients.

Ce qui est valable pour soi peut l’être pour sa famille. Les quatre niveaux de besoins s’additionnent. On renoncera d’abord aux deux niveaux du sommet. Mais renoncer à une migration qui permet de répondre à ses besoins physiologiques, voire de sécurité, est difficilement imaginable pour une personne saine d’esprit et ayant des ressources pour migrer, c’est-à-dire pour s’éloigner de ses besoins inassouvis.

Pour la faire renoncer à son projet de migration, il faudra donc que les oppositions à son arrivée soient supérieures à l’amélioration engendrée par sa fuite. L’opposition à son arrivée devra donc nuire significativement à ses besoins, la mettre en danger physiquement, psychiquement, l’appauvrir, la frustrer.

 

Recevoir une migration

Une partie de la population qui reçoit une migration y sera favorable et y verra une façon positive de donner et de recevoir : cela fera l’objet d’un autre billet de blog. Ici, arrêtons-nous sur les arguments pour s’opposer à la réception d’une immigration.

Nous avons identifié trois grandes familles de peurs des anti-migrants. On pourrait également positionner ces différents besoins dans une pyramide de Maslow modifiée :

  1. Affaiblissement du niveau de sécurité : les migrants seraient criminogènes[8].
  2. Affaiblissement du niveau de confort matériel : les migrants consommeraient une part de la richesse nationale dont seraient par conséquent privés les habitants à la territorialisation moins récente. Les nouveaux venus pourraient en particulier capter des aides sociales qui les mettraient ainsi en concurrence avec les nationaux bénéficiant également de ces aides. Pour le dire autrement, ces derniers ont peur de se retrouver en compétition sur un marché du travail tendu et refusent de partager l’Etat-providence qu’ils considèrent comme fragilisé.
  3. Affaiblissement du niveau d’homogénéité culturelle : les migrants altèreraient la culture de la communauté « recevante » d’une façon globalement négative.

Il ne s’agit pas ici de confirmer ou d’infirmer la réalité de ces peurs mais de les présenter et de les articuler avec les sous-populations sur qui ces peurs peuvent agir.

De plus, qu’elles soient vraies ou fausses, pour certains Français, ces peurs ne les concernent pas directement. Ils sont en contact avec elles à travers l’espace public (« on sait que dans les banlieues pauvres – que je ne fréquente jamais – il y aurait beaucoup de violence à cause des immigrés et des migrants »).

Les intellectuels conservateurs ou réactionnaires ne vivent pas dans les quartiers où les réfugiés pourraient affaiblir le niveau de sécurité. Ils peuvent même avoir des opinions politiques critiques envers l’Etat-providence, être libéraux sur le plan économique et donc ne pas être sensibles aux éventuels déséquilibres économiques que les migrants induiraient. S’ils étaient cohérents, ils devraient même voir d’un œil positif l’arrivée de ces outsiders, voyant là l’occasion d’une saine mise en compétition. Toutefois, le sentiment de submersion se répercute dans la représentation de ce qu’ils considèrent comme leur civilisation : les nouveaux arrivés l’altèreraient de façon négative.

Des populations précaires, vivant loin des zones recevant les réfugiés et donc peu susceptibles de subir une éventuelle insécurité, pourront quand même ressentir des altérations civilisationnelles mais aussi craindre pour leurs revenus sociaux, la part de redistribution pouvant en théorie être davantage sollicitée par une arrivée de populations précaires supplémentaires.

Enfin, les populations précaires partageant le même espace de vie que les nouveaux venus peuvent considérer qu’elles subissent les deux menaces précédentes ainsi qu’une baisse du sentiment de sécurité.

 

L’espace partagé des motivations et des craintes

Ces facteurs de motivation et ces facteurs de rejets se rencontrent dans un espace public virtuel et dans des territoires de rencontres. Notre travail ici s’attachera, entre autres, à étudier tous ces facteurs et leurs interactions avec cette idée de fond : être favorable ou défavorable aux migrations, au cosmopolitisme engendre toujours de la cosmopolitisation.

 

 

Bibliographie:

Beck U., Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? 2006, Aubier

Cicchelli, V. (2012). L’esprit cosmopolite: Voyages de formation des jeunes en Europe. Presses de Sciences Po

de Wenden, C. W. (2015). Une nouvelle donne migratoire. Politique étrangère, (3), 95-106

Lassailly-Jacob, V. (1999). Migrants malgré eux: une proposition de typologie

Maslow A., « A Theory of Human Motivation », Psychological Review, no 50, 1943,

Sarin, E. (1991). Abraham MASLOW et sa psychologie, une théorie citée et méconnue. In Gérer et Comprendre, Annales des Mines (Vol. 24, No. 1, pp. 60-68)

Ughetto, P. (2014). Démotivation et investissement au travail

Wagner, A. C. (2005). Les élites managériales de la mondialisation: angles d’approche et catégories d’analyse. Entreprises et histoire, (4), 15-23

 

Notes:

[1] ES3/ Paris Saclay

[2] Groupe de recherche HUMAIN/ Mvt Habitat & Humanisme

[3] de Wenden, C. W. (2015). Une nouvelle donne migratoire. Politique étrangère, (3), 95-106: https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2015-3-page-95.htm

[4] Par exemple, voir Wagner, A. C. (2005). Les élites managériales de la mondialisation: angles d’approche et catégories d’analyse. Entreprises et histoire, (4), 15-23: https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=EH_041_0015

[5] Lassailly-Jacob, V. (1999). Migrants malgré eux: une proposition de typologie. http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers4/010017907.pdf

[6] Par exemple : Cicchelli, V. (2012). L’esprit cosmopolite: Voyages de formation des jeunes en Europe. Presses de Sciences Po.

[7] Notamment dans les débats en sciences de gestion. Voir par exemple Sarin, E. (1991). Abraham MASLOW et sa psychologie, une théorie citée et méconnue. In Gérer et Comprendre, Annales des Mines (Vol. 24, No. 1, pp. 60-68) ou Ughetto, P. (2014). Démotivation et investissement au travail : https://www.researchgate.net/profile/Pascal_Ughetto/publication/280889427_Demotivation_et_investissement_au_travail/links/56b1b9a508ae5ec4ed4915c5/Demotivation-et-investissement-au-travail.pdf

[8] « Qui produit ou favorise la propagation du crime, des délits, qui donne naissance à la criminalité » : http://www.cnrtl.fr/definition/criminog%C3%A8ne

 

Cite this article as: Lionel POURTAU, "Les migrations réalisées ou supportées. Pourquoi ? Comment ?," in Groupe de recherche HuMAIn, 19/04/2018, https://humain.hypotheses.org/116.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.